Porté par la Smart Buildings Alliance, la mise en place du label Ready to Services (R2S) signe également l’avènement du réseau IP. En tant que plateforme de services, le bâtiment s’appuie sur un réseau de communication ouvert et interopérable qui facilite la mise en place de services.

Le réseau IP comme 4ème fluide des bâtiments connectés

En 2018, le lancement du label Ready to Services (R2S) par la Smart Buildings Alliance (SBA) a favorisé l’émergence des bâtiments full IP. Comme son nom l’indique, le label définit les conditions pour qu’un bâtiment soit prêt à proposer des services. L’idée est de fluidifier les communications entre les différentes installations pour disposer des informations nécessaires à la création de services. Lire aussi : Le réseau filaire est-il voué à disparaître les bâtiments ?

Considéré comme le « 4ème fluide » du bâtiment, le réseau IP est le véhicule des data. Contrairement aux réseaux historiques, la vitesse de transmission des données est augmentée. Les interactions avec les produits du bâtiment sont simplifiées. Le réseau IP est aussi compatible avec tous les produits du bâtiment, l’assurance d’une solution globale ouverte et interopérable.

En effet, le réseau IP s’insère dans une démarche globale du bâtiment. L’intérêt est d’en simplifier la gestion technique afin d’assurer et de garantir le confort des occupants des bâtiments.

Le traitement simplifié d’une multitude de données avec le réseau IP

Les smart buildings ont la particularité de produire une masse de données importante. Pour offrir davantage de services aux occupants des bâtiments, ces data doivent être traitées et analysées. Un bâtiment équipé d’une solution de monitoring et de pilotage des bâtiments nouvelle génération (équipée d’une supervision BIM Exploitation par exemple) est en mesure de réaliser cette tâche. Des rapports énergétiques peuvent être édités, des scénarios programmés, etc. Ces données vont permettre au gestionnaire du bâtiment et à l’exploitant de connaître les comportements du bâtiment et de ses occupants afin de s’y adapter.Par exemple, si aucune fréquentation n’est enregistrée à partir de 17h le vendredi, alors la température des espaces pourra être abaissée. A l’inverse, si tous les mardis soir, les occupants du bâtiment organisent un afterwork jusqu’à 19h, alors la température sera maintenue. L’intelligence du bâtiment et les données sont disponibles au plus près des besoins des occupants et de l’utilisation réelle des espaces .Cette connaissance et cette intelligence simplifient la gestion du bâtiment. Cela permet également de créer de nouveaux services, notamment mobile.

Des nouveaux services principalement mobiles

En facilitant le transfert de données, l’architecture IP peut offrir de multiples services aux utilisateurs :
– Une connexion sécurisée au réseau,
– Une continuité de services des équipements,
– Des services énergétiques complets pour le confort des occupants
– Une offre mobile.

En effet, l’IP peut facilement s’interfacer avec des applications mobiles et proposer des services de géolocalisation, de réservation d’espaces de travail, etc.

Un gain de temps pour les usagers et sans conteste une valorisation du patrimoine immobilier.