Alors que la voiture à hydrogène voit ses premiers sites de production industrielle et ses premières stations émerger en France, le bâtiment n’est pas en reste. En effet, avec le développement des énergies renouvelables, le stockage énergétique devient incontournable pour assurer un équilibre production/consommation. La société Sylfen, en lien avec le CEA (Centre de recherche du Commissariat à l’Energie atomique) de Grenoble a investi le secteur du bâtiment et développe une technologie innovante de stockage hydrogène. Rencontre avec François-Eudes Ruchon, Responsable marketing et commercial.

Des bâtiments autonomes grâce au stockage énergétique

En matière de stratégie énergétique les pratiques des entreprises évoluent. Des panneaux photovoltaïques fleurissent sur les toits des bâtiments tertiaires, industriels mais aussi des collectivités. Preuve que la transition énergétique est au cœur des préoccupations. Si les énergies renouvelables séduisent de nombreuses entreprises, le stockage énergétique est également devenu un levier attrayant afin d’assurer un équilibre entre production et consommation. Un moyen de diminuer davantage l’empreinte carbone des bâtiments.

En effet, soumise aux aléas climatiques, la production des énergies renouvelables peut être variable. En été, lors d’une journée avec un fort taux d’ensoleillement, un bâtiment verra sa production d’énergie augmenter fortement, bien que la consommation soit, elle, limitée par les utilisateurs du bâtiment à ce moment-là. A l’inverse si les panneaux photovoltaïques ne bénéficient pas suffisamment de luminosité leur production sera moindre. Le stockage énergétique revêt alors tout son sens.

Parmi les innovations en matière de stockage énergétique, l’hydrogène se révèle être un candidat sérieux. En effet, il donne la possibilité de stocker localement de grandes quantités d’énergie (des MWh) sur des temps longs sans perte dans le temps, ouvrant la possibilité d’effectuer des stockages énergétiques inter-saisonniers. De nombreuses études portent sur des systèmes de stockage hydrogène à grande capacité, parmi elles le Smart Energy Hub de la société Sylfen.

Le Smart Energy Hub est un système de stockage et de cogénération d’énergie à destination des bâtiments producteurs d’énergie. Sa particularité est qu’il utilise le vecteur hydrogène comme moyen local de stockage de l’énergie. François-Eudes Ruchon

Responsable Marketing et Commercial, Sylfen

L’hydrogène comme vecteur de stockage énergétique

L’électricité générée par la production d’énergie renouvelable est autoconsommée directement par le bâtiment. Le surplus, lui, va être stocké sous forme d’hydrogène. Le procédé électrochimique va séparer l’hydrogène et l’oxygène. L’oxygène sera transféré dans l’atmosphère (stockage naturel de l’oxygène) tandis que l’hydrogène sera, quant à lui, stocké sous forme de gaz sous pression dans des bouteilles industrielles.
L’innovation portée par Sylfen, c’est un processeur d’énergie rSOC, une technologie unique développée en France. Cette technologie présente une avancée importante pour le monde de l’hydrogène, puisqu’avec un seul appareil fonctionnant de façon réversible, il est possible d’occuper la fonction de production d’hydrogène, par électrolyse de l’eau, et en retour de produire électricité et chaleur en cogénération, en fonction pile à combustible. De plus, cette technologie est plus efficace pour produire l’hydrogène. Le processeur d’énergie rSOC, c’est donc une technologie 2-en-1, avec une efficacité importante ! François-Eudes Ruchon

Responsable Marketing et Commercial, Sylfen

Le système de stockage d’énergie hydrogène Smart Energy Hub peut être relié à la supervision d’un système de type Gestion Technique du Bâtiment (GTB) pour garantir la sécurité de l’installation, le pilotage et son intégration dans le bâtiment.

Des bénéfices énergétiques, économiques et sociétaux

Le stockage hydrogène est complémentaire au stockage par batteries Li-ion. Ensemble, ces deux technologies permettent de garantir un service de stockage d’énergie plus important qu’utilisé séparément : les batteries permettent de répondre aux fluctuations rapides de l’énergie, et le stockage hydrogène apporte l’énergie sur la durée pour l’autonomie du bâtiment. Ce besoin de service de stockage hybride d’énergie n’est néanmoins pas présent pour tous les bâtiments, il est privilégié pour des bâtiments de plus de 2000 m².

L’intérêt de l’hydrogène est de venir stocker localement de grandes quantités d’énergie et en retour de refournir de l’électricité lorsque la production est insuffisante (la nuit ou l’hiver par exemple). François-Eudes Ruchon

Responsable Marketing et Commercial, Sylfen

Le stockage hydrogène bénéficie également à l’inclusion sociétale des collectivités. Les territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) se sont déjà appropriés le sujet. L’objectif ? Effacer la quasi-totalité de leurs besoins énergétiques avec le stockage hydrogène en faisant de l’autoconsommation collective à l’échelle de la ville. L’intérêt peut aussi être de réserver une partie de l’hydrogène à la mobilité décarbonée pour répondre à des services de transport tels que le ramassage scolaire par exemple. Il est également possible pour les collectivités de lutter contre la précarité énergétique de ces citoyens en proposant une fourniture d’énergie à des tarifs plus faibles que ce que les marchés peuvent offrir aujourd’hui.

De larges perspectives qui font de l’hydrogène un candidat intéressant pour le développement de l’autoconsommation et de la smart city.

A PROPOS

Sylfen est une startup iséroise issue de la recherche française au CEA, créée en 2015. Sylfen développe et commercialise un système de stockage hybride de l’énergie et de cogénération pour rendre les bâtiments autonomes en énergie, en s’appuyant sur une technologie de rupture pour le monde de l’hydrogène : le processeur d’énergie rSOC.

Site internet