Savez-vous que le coût d’un immeuble de bureaux francilien est de 664€ HT/m²/an ?
En janvier dernier, l’Observatoire de l’Immobilier Durable (OID) a présenté les chiffres 2018 de la performance énergétique et environnementale. Voici les 3 grands enseignements à tirer de ce baromètre.

Répondre aux objectifs énergétiques

Tout comme en 2017, les consommations énergétiques des bâtiments de bureaux sont en diminution. Ces chiffres vont dans le sens des objectifs du Décret tertiaire, selon lesquels les consommations énergétiques doivent diminuer de 3% par an pour atteindre les objectifs à 2030. Les deux principaux postes d’émission sont la mobilité et l’énergie. Ce sont donc sur ces deux leviers que les progrès doivent être réalisés.

La majorité des signataires de la Charte Tertiaire réfléchissent ou ont entamé la mise en place d’une stratégie de baisse des gaz à effet de serre. Les principaux freins rencontrés sont le manque de règles communes pour mesurer les gaz à effet de serre. Il existe de nombreux outils et labels tels que le Bilan des émissions des gaz à effet de serre ou les labels BBCA et E+C- dont les méthodologies sont différentes. Le baromètre souligne également le manque de lisibilité des dispositifs existants sur la consommation énergétique.

Cela prouve l’intérêt pour les gestionnaires de bâtiments de se doter d’un système de management des énergies. L’associer à un plan de comptage pertinent permettra de mieux comprendre le comportement des installations et ainsi mettre en œuvre des plans d’actions efficaces.

Combien coûte un bâtiment ?

Après une augmentation de 6% par an en moyenne, entre 2007 et 2013, le coût de l’électricité pour les entreprises françaises tend à se stabiliser depuis 2013. Les chiffres de l’OID montrent que le prix de l’énergie en France reste concurrentiel au niveau européen, cependant la marge se réduit petit à petit.

Le coût moyen d’un immeuble de bureaux est de 664€ HT/m²/an. Le premier coût d’exploitation technique d’un bâtiment se révèle être les fluides. En 2018, ils représentent près de 24% des charges. Selon Buzzy Ratios, le coût des énergies cumulées par poste de travail et par m² a augmenté de 4% lors des 12 dernières années atteignant 23.3€/m². Cependant, la baisse des consommations énergétiques ne permet pas de compenser les investissements réalisés.

C’est pourquoi, les exploitants des bâtiments ont un intérêt à mettre en place des plans d’actions globaux. C’est-à-dire, agir à la fois sur les coûts énergétiques, de maintenance et sur le confort des occupants afin d’améliorer la qualité de vie au travail.

Sensibilisation : un axe de progrès majeur

Afin de réduire les coûts d’un bâtiment, sensibiliser les occupants reste un levier pour baisser les consommations.
10 à 30% du potentiel d’économie d’énergie peut être réalisé grâce à l’instauration d’éco-comportement quotidien. Ces actions environnementales et énergétiques doivent être partagées à la fois par le preneur, le bailleur et l’exploitant.

L’utilisation et l’exploitation des bâtiments sont des phases essentielles pour réduire les consommations énergétiques […]. Un bâtiment bien conçu n’est pas forcément bien géré. L’exploitation du bâtiment présente des leviers de réduction des consommations significatifs. Observatoire de l'Immobilier Durable

A propos de l’OID

L’OID est une association indépendante constituée de professionnels privés et publics de l’immobilier. Au niveau du bâtiment et de la ville tout au long de son cycle de vie, l’OID a pour but de :

– Faire progresser les équipes sur les enjeux de l’immobilier durable et de l’innovation
– Elaborer des outils ouverts sur le développement durable pour le secteur immobilier
– Identifier et partager les meilleurs pratiques.

Pour en savoir plus : OID