Le saviez-vous : sans utilisation de la maquette numérique, les dépenses liées à l’entretien et à la réhabilitation des bâtiments sont en moyenne 8 fois supérieures au coût de construction. Un constat qui prouve l’intérêt grandissant du recours au BIM. Mais qu’en est-il de l’utilisation du BIM en phase d’exploitation ? Quelles sont les conditions pour réussir son intégration dans le bâtiment ? Lors d’un webinar, Mathieu Le Cointe, Directeur Marketing et Communication de Delta Dore Smart Building répond à ces questions.

Découvrez les 5 clés pour réussir l’intégration du BIM exploitation dans son bâtiment.

1 – Impliquer les parties prenantes dès la conception du projet

Avant d’être une maquette 3D, le BIM est avant tout un processus collaboratif qui vise à faciliter la gestion d’un projet durant tout son cycle de vie. C’est pourquoi, on ne peut avoir une phase de BIM exploitation efficace sans un BIM conception bien pensé en amont. Cela nécessite d’impliquer la responsabilité et le besoin d’information des acteurs dès le début du projet. La qualité des informations reçues aura un impact sur les décisions prises et la pertinence de la maquette.

2 – Anticiper les attentes et les besoins sur le cycle de vie

Pour que la maquette BIM puisse être utilisée durablement, il est important de prendre en compte les besoins d’informations en phase d’exploitation (ex : état, vétusté et qualité des matériaux, évaluation des performances énergétiques, respect de la réglementation et suivi de maintenance). Comme dit plus haut, veillez également à ne pas oublier les parties prenantes présentent durant tout le cycle de vie. Chacun apportant sa pierre à l’édifice, tous les acteurs doivent être en accord pour réaliser le projet.

3 – Accompagner l’humain dans le changement grâce à la formation et la diffusion d’information

Le BIM est un processus de travail nouveau où chacun doit trouver ses repères. La meilleure façon d’y parvenir est certes d’impliquer les acteurs le plus tôt possible mais surtout de leur apporter un bon niveau d’information et de formation. C’est la condition sine qua non à la bonne adhésion et efficacité des utilisateurs.

4 – Structurer les informations

Au cœur du BIM, il y a le « i », c’est l’élément majeur dans le processus. Ce sont les données qui enrichissent la maquette. Sans elles, la maquette n’apporte alors aucun gain. C’est pourquoi, nous vous conseillons d’impliquer toutes les parties prenantes dans la structuration des informations. Le but ? Améliorer et pérenniser l’utilisation de la maquette.

5 – S’assurer de la qualité de la maquettes

Une maquette mal construite et/ou mal renseignée se dégradera considérablement au fur et à mesure du projet. Elle ne sera alors plus en mesure d’être utilisée lors de la phase de BIM exploitation. Ainsi, soyez vigilant sur les informations apportées dès les prémices du projet.

Envie d’en savoir plus ?