Quelles sont les infos qui ont fait l’actualité récente du bâtiment ? Voici un récapitulatif des dernières nouvelles du smart building qu’il ne fallait pas manquer.

Réflexions et tests en cours pour le Smart Readiness Indicator (SRI)

La Commission européenne travaille sur le Smart Readiness Indicator (SRI). Cet indicateur est issu de la directive européenne sur l’efficacité énergétique des bâtiments (Energy Performance of Buildings Directive dit EPBD) révisée en 2018.
Il doit permettre de diagnostiquer le volet « smart » d’un bâtiment selon 3 axes :

  1. La capacité d’adaptation aux besoins des occupants
  2. La facilité de maintenance et d’entretien
  3. Les possibilités de dialogue avec le Grid et sera en partie élaboré en fonction de la capacité de flexibilité d’un bâtiment.

Des tests « bâtiments réels » sont en cours dans différents pays européens. Il concerne tous les domaines du bâtiment (chauffage, refroidissement, éclairage ou encore l’intégration du renouvelable). Dans chaque domaine on retrouve différents services. Par exemple, pour les voitures électriques, on parle de la capacité de recharge ou encore de l’information à l’occupant quant à la connectivité. Chaque service sera évalué grâce à une échelle graduée. Par exemple, pour la capacité de recharge il sera important d’indiquer si elle est absente, à faible capacité, à capacité moyenne ou à grande capacité. Le score obtenu sera comparé au score maximal pouvant être obtenu par le bâtiment et donnera une valeur en pourcentage.

Application de l’indicateur

8 projets français ont été inscrits aux bêta-tests du SRI. Cette expérimentation européenne, portée par l’alliance HQE et Cerema en partenariat avec Cerqual, Certivéa, le Giemelec et Ignes, regroupe 8 projets français qui ont été inscrits aux bêta-tests du SRI.

La date opérationnelle du SRI n’est pas encore connue. Néanmoins, la France pourrait intégrer certains éléments de cet indicateur dans sa réglementation. En effet, aujourd’hui il existe plus de 3 275 bâtiments ou parties de bâtiments certifiés HQE Bâtiment Tertiaire, et plus de 80 bâtiments certifiés HQE Bâtiment Durable.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’Alliance HQE

Pour découvrir les grands principes du SRI, téléchargez la présentation faite par Nicolas Cabassus du Cerema Mediterranée.

Cybersécurité : Selon Kaspersky près de 40% des bâtiments connectés ont été attaqués par des menaces informatiques au 1er semestre 2019

Les systèmes d’administration des bâtiments intelligents sont composés de capteurs et de contrôleurs. Ils sont utilisés pour surveiller et automatiser la gestion des ascenseurs, la ventilation, la température, l’approvisionnement en eau et électricité, les alarmes incendie, la vidéosurveillance ou encore les accès. Ces infrastructures centralisent la gestion de fonctions critiques de sécurité.
Kaspersky a découvert que 37,8% des stations de travail de ces bâtiments avaient été la cible d’attaques diverses lors du 1er semestre 2019. Les victimes ont été attaquées par une variété de menaces génériques, on ne peut donc pas affirmer que les attaques étaient ciblées. Parmi les 37,8% de systèmes attaqués :

  • 11% concerne le vol d’information (mot de passe, login, etc.).
  • 7, 8 % concerne le phishing, le vol de renseignement personnel dans le but de les utiliser dans une usurpation d’identité.
  • 4,2% concerne le ransomware.
    Le plus souvent les hackers passent par internet mais ils utilisent aussi des appareils amovibles (de type clés USB ou disques durs externes), ainsi que des liens ou pièces jointes malveillants.

Décret tertiaire : les échéances 2020

En août dernier, nous vous annoncions la parution du Décret Tertiaire au Journal Officiel ainsi que son entrée en vigueur officielle.

En 2020, le Décret Tertiaire s’accompagnera de 3 arrêtés.

  • Un arrêté technique

Il expliquera la méthode de calcul des objectifs de réduction de la consommation d’énergie à atteindre pour chacune des catégories d’activités concernées.

  • Deux arrêtés modificatifs (publiés ultérieurement)

Le premier doit être publié en avril/mai prochain. Il concernera les niveaux de consommation d’énergie finale en valeur absolue. Le second, prévu pour juin/juillet s’intéressera aux territoires d’outre-mer.