La transition numérique a un impact fort sur le monde du bâtiment car elle ouvre une infinité de possibilités pour offrir de nouveaux services aux usagers et gestionnaires de bâtiments. Nous sommes dans l’ère du Smart Building. Dans ce contexte, la Smart Building Alliance (SBA), ayant pour vocation de fédérer les acteurs du bâtiment et de la ville dans la transition numérique et énergétique, a lancé le label Ready2Services (R2S). Son objectif : créer un cadre de référence pour le bâtiment en tant que plateforme de services. Le label sera porté par Certivéa et sera lancé le 26 juin 2018. De quoi relève le Ready2Services ? Quels sont les objectifs et avantages ? Voici les réponses d’Emmanuel François, président de la SBA.

Qu’est-ce qu’un smart building Ready2Services ?

A partir du moment où un bâtiment est connecté et communicant, il devient une plateforme de services multi-usages. Le Smart Building répond aux enjeux énergétiques, environnementaux et économiques. Il est important d’apporter une garantie pour que tout investisseur, tout usager ait confiance dans le bâtiment qu’il achète, qu’il occupe ou qu’il finance. C’est l’objet de Ready2Services.  Il s’agit de bâtir un cadre de référence offrant la ligne directrice pour les bâtiments, plateformes de services, durables, évolutifs et pérennes. Le label est une méthodologie expliquant comment le bâtiment est connecté, comment il communique. C’est aussi expliquer comment cette infrastructure de communication délivre des données qui vont ensuite être traitées par des applications, qui elles-mêmes vont générer des services. Le tout sur un pré-requis qui est l’ouverture des données et l’interopérabilité des systèmes et des équipements.

Le cadre de référence du bâtiment connecté et communicant

Le référentiel « Ready2Services » s’adresse prioritairement aux maîtres d’ouvrage et aux maîtres d’œuvre. Le but est qu’ils disposent d’une base référente dans l’élaboration de cahiers des charges techniques pour la mise en œuvre du lot smart à inclure dans les projets de Smart Building. Le cadre de référence du bâtiment connecté et communicant repose sur 6 principes : L’indépendance des 3 couches matériels/Infrastructures/web services, l’architecture réseau doit assurer la circulation des données, la connectivité du bâtiment, la sécurité numérique, le développement de services et le management responsable. Son champ d’application concerne les bâtiments tertiaires neufs ou existants.

Schéma - Principe de fonctionnement d'un bâtiment Ready2Services

Principe de fonctionnement d’un bâtiment Ready2Services

Quels sont les bénéfices pour les acteurs du bâtiment ?

Le Ready2Services offre des avantages pour l’ensemble des acteurs du bâtiment. En phase de conception, il garantit aux promoteurs que le produit livré sera au meilleur niveau de sa capacité à délivrer une large palette de services, de flexibilité, d’adaptation aux différents usages et de durabilité. En phase de réalisation, il crée un cadre, des outils et une méthodologie pour aider les maîtres d’ouvrage à tirer le meilleur parti de la valeur d’usage des solutions. Ils bénéficient des économies d’échelle liées à la mutualisation des équipements, de l’infrastructure, ou des services des autres écosystèmes du bâtiment. Il offre aussi un environnement facilitateur aux exploitants en leur permettant d’optimiser les opérations de maintenance et de proposer à moindre coûts de nouveaux services aux occupants adaptés à leurs besoins dans la durée. Quant à eux,  les propriétaires ou gestionnaires de bâtiments profitent de bâtiments flexibles et évolutifs suivant les besoins de ses usagers ou de l’évolution de la demande du marché. Le bâtiment Ready2Services contribue à maximiser la valeur du bien et prémunit d’une obsolescence prématurée.

Et si l’on rapporte cela à une plus grande échelle : un bâtiment harmonieusement intégré dans la smart city, ouvert sur son environnement et mutualisant ses infrastructures et ses services permettra de partager les bénéfices des innovations mises en œuvre à chaque échelle de l’espace urbain : logement, bureaux, bâtiment, quartier, ville.

Le monde du bâtiment est-il mature pour le smart building Ready2services ?

Les bases technologiques sont posées. En vingt ans, les systèmes se sont sensiblement améliorés, leur robustesse est acquise, la standardisation des protocoles de communication permet un premier niveau d’interconnexion des équipements. L’IP (Internet Protocol) s’est généralisé dans tous les segments de l’économie comme le principal protocole d’échanges pour les services. Il est très peu probable qu’il y ait, un jour, un protocole applicatif unique. C’est pourquoi la SBA recommande l’ouverture des systèmes vers l’IP, comme un prérequis indispensable au Smart Building. Cette ouverture permettra le développement d’applications et de services innovants, sources de création de valeur. Aujourd’hui, nous vivons une révolution avec des bâtiments multi-usages, hybrides,  réversibles et pluriels. Plus le bâtiment génère de données et plus celles-ci sont ouvertes, contextualisées, plus le bâtiment est en disposition d’offrir des services. La valorisation est liée à ces services. La localisation des bâtiments va également jouer sur sa valeur. Ce facteur va être de plus en plus remis en question du fait des nouveaux usages, notamment le co-working dans le tertiaire, le partage des espaces et la mobilité. Ce qui intéresse le plus les investisseurs, c’est l’aptitude des bâtiments à offrir des services et à garantir la santé et le confort. D’où l’importance de la mise en œuvre du Ready2Services. C’est un vrai tournant. J’ai rencontré récemment des foncières qui me confiaient attacher beaucoup plus d’importance à un label comme Ready2Services, parce qu’il va valoriser les biens plutôt que des labels focalisés sur la durabilité du bâtiment. L’énergie c’est un service mais ce n’est pas cela seul qui va assurer la rentabilité d’un bâtiment. Pour conclure, il est aujourd’hui inconcevable de penser transition énergétique sans transition numérique et à ce titre le Ready2Services doit être le socle de base à tout bâtiment intelligent. Enfin, dans le Ready2Services, la sécurité est primordiale, on parle de sécurité des données et de cybersécurité. A partir du moment où on pense transition énergétique, on vient connecter les bâtiments et il est impératif de bien intégrer cette notion de cybersécurité. On n’est pas à l’abri d’une cyberattaque dans les bâtiments connectés. L’enjeu c’est 3 gigawatt, soit l’équivalent d’1 million de logements ou 10 000 bâtiments tertiaires. Dans le pire des cas, c’est l’Europe qui est dans le noir. Il y a urgence et elle n’est pas nationale mais européenne. C’est impératif et incontournable.

10% d’optimisation des espaces apporte un rendement environ 10 fois plus élevé que si vous faisiez 10% d’économie d’énergie et avec 10% de productivité des salariés en plus grâce à un meilleur environnement c’est environ 40 fois plus élevé.