Le monde du bâtiment se transforme et avec lui ses technologies. Le smart building est devenu incontournable. Il répond aux nouveaux usages et besoins des gestionnaires et occupants des bâtiments. Qui dit connecté dit data, services mais aussi règlementation. Un trio qui impacte le réseau des smart buildings. Quel est la réponse la plus adéquate à ces nouveaux enjeux ? Le réseau filaire tire-t-il sa révérence face aux solutions sans fil ?

Des occupants connectés et des exigences règlementaires dans les bâtiments

Le secteur du bâtiment est confronté à deux impératifs. D’une part des occupants de plus en plus connectés, coutumiers des applications intuitives et faciles d’accès. D’autre part des exigences liées aux nouvelles règlementations en vigueur : RE2020, Décret Tertiaire, R2S, etc.

Ces exigences induisent une multiplication des données dans le bâtiment qui nécessite des technologies performantes et évolutives pour leur traitement. Afin de répondre à ces enjeux, de nouveaux réseaux ont fait leur apparition. Des solutions sans fil comme l’IoT ou la 5G à des solutions filaires plus récentes comme l’IP, le choix dépend des besoins et usages.
Lire aussi : Comment exploiter les données générées par l’environnement Smart Building ?

L’IP signe-t-il l’avènement du réseau filaire ou bien son déclin ?

Les différents réseaux existants

Le réseau filaire BUS de terrain

Le réseau filaire de type BUS de terrain existe depuis de nombreuses années. L’un des protocoles les plus connus est le LON. 30 ans après son apparition, il est encore largement utilisé dans le secteur. Toutefois, on retrouve également d’autres solutions telles que le ModBus ou des protocoles d’éclairages comme le DALI.

Ce réseau filaire dit « classique » est aujourd’hui éprouvé. Nul besoin de le présenter, le marché s’est structuré à partir de ces caractéristiques et reste un réseau sur pour toute la chaîne de valeur. Néanmoins, les usages et les besoins des acteurs du secteur ont évolué. Des évolutions qui nécessitent des changements en termes de volume de transmission de données, difficilement réalisable avec ce type de réseau.

Les solutions sans fil

Lorsqu’on parle de solutions sans fil, on pense aisément aux protocoles utilisés dans le résidentiel. EnOcean, Zigbee ou encore Z-Wave sont des solutions radios largement utilisées dans ce secteur.
Elles peuvent également l’être à l’échelle du tertiaire. Dans les bâtiments à usage professionnel, on retrouve généralement les technologies radios sur les derniers mètres, pour des points terminaux.

En effet, la radio a des limites. Outre le fait qu’il n’est pas possible d’inclure de l’intelligence, la radio effectue seulement de l’émission et de l’envoi d’information. Elle est donc dépendante de l’environnement.

Dans le secteur tertiaire, on retrouve d’autres solutions sans fil (pour certaines très connues) comme : Bluetooth, WiFi, 4G, 5G, IoT avec LoRA et Sigfox.

Des technologies comme LoRA et Sigfox sont utilisées pour des usages spécifiques (télérelève des compteurs, automatismes, qualité d’air). Toutes ces solutions sont autonomes et communiquent en général vers une plateforme. En raison du coût et de la complexité de l’installation dans un bâtiment tertiaire, elles ne concurrencent pas tout à fait les systèmes filaires.

Le réseau filaire IP

A la différence du réseau BUS de terrain, le réseau IP nécessite moins de fil. Facile à mettre en œuvre et reconnu comme un standard par la SBA (Smart Buildings Alliance) il apparaît comme une solution pérenne pour le développement de nouveaux services aux occupants et aux gestionnaires des bâtiments. En effet, l’IP permet d’apporter aux propriétaires de bâtiments des solutions évolutives et ouvertes vers des systèmes tiers.

« Au-delà de l’aspect règlementaire, le réseau IP a de nombreux avantages : une facilité de mise en œuvre, une fiabilité renforcée grâce au maintien de la sécurité du réseau (résilience) ou encore la possibilité de proposer davantage de services (innovants) aux occupants, aux gestionnaires et aux exploitants. » Ollivier Le Morellec

Directeur Opérationnel, Delta Dore Smart Building

Le réseau filaire et notamment IP a de beaux jours devant lui. Il répond à des standards règlementaires importants dans le secteur du bâtiment. En effet, aujourd’hui, la SBA reconnaît le réseau IP comme un standard permettant d’obtenir le label Ready2Services.

En dehors de cet aspect règlementaire, le smart building induit une masse de données plus importante. Le réseau IP est une réponse fiable au besoin de les véhiculer simplement et rapidement. Il permet également de répondre aux nombreux besoins d’un bâtiment :

  • Services aux occupants
  • Sécurité et résilience du réseau
  • Confort des occupants

Une réponse qui laisse présager de belles perspectives pour le réseau filaire.