Vous vous intéressez de près au nouveau label Ready2Services et vous souhaitez en savoir davantage ?

Certivea a mis en ligne cet été le référentiel technique du label Ready2Services créé avec la Smart Building Alliance. Ce document décrit les 6 points d’exigence sur lesquels repose la certification d’un bâtiment : La connectivité, l’architecture réseau, les équipements et interfaces, la sécurité numérique, le management responsable et les services. Voici une synthèse des 6 points d’attention et des modalités d’obtention du label.

 

Les 6 points d’exigence pour l’obtention du label Ready2Services

1 - La connectivité
connectivité

La connectivité performante du bâtiment constitue un socle nécessaire à la mise en place de services numériques. Un bâtiment labellisé est raccordé aux réseaux de communication : qu’ils soient internes ou externes, filaires ou sans fil (Wi-Fi, GSM, 3G, 4G…), dans les espaces communs et privatifs.

Les éléments suivants sont également valorisés :

  • L’adaptabilité et l’évolutivité : La possibilité d’associer ou de dissocier des câblages est essentielle. L’adaptation aux nouveaux besoins d’exploitation et/ou à l’intégration de nouveaux systèmes communicants est ainsi facilitée.
  • La fiabilité de la connectivité : Une connectivité fiable a l’avantage de préserver une continuité de services en cas de défaillance.

Finalement, le système de protection est également un prérequis pour sécuriser l’infrastructure du Réseau Smart contre les éventuelles malveillances.

2 - l'architecture réseau
architecture reseaux

L’architecture réseau assure la circulation du 4ème fluide du bâtiment,  les données, qui constituent sa colonne vertébrale. Le référentiel R2S pose comme prérequis la présence d’un Réseau Smart. Il s’agit d’un réseau fédérateur du bâtiment, utilisant le protocole IP et le standard Ethernet.

Ainsi, les exigences liées au Réseau Smart concernent uniquement le réseau et le périmètre tel que défini par le porteur de la démarche. De même, les « équipements actifs » correspondent uniquement aux équipements qui sont reliés au Réseau Smart. Les équipements actifs liés à d’autres réseaux ne doivent pas justifier des niveaux d’exigences fixés dans le référentiel.

3 - Les équipements et interfaces
équipements et interfaces

La mise en relation entre les équipements est primordiale. Un bâtiment labellisé se caractérise par l’interopérabilité de ses systèmes. Celle-ci repose sur des interfaces d’accès aux services, fonctions et données des systèmes. Elles sont notamment gérées par des API (Interfaces de programmation) standards. Les données peuvent ainsi être réutilisées par des services ou applications tierces.

Grâce à l’interopérabilité, un bâtiment labellisé a la possibilité d’ouvrir les données du bâtiment et de les rendre accessibles pour une optimisation des usages du bâtiment. Enfin, la mise en place d’une maquette numérique BIM (Building Information Modeling) est valorisée pour optimiser la gestion du bâtiment, de sa conception à l’exploitation grâce à la base de donnée générée.

4 - La sécurité numérique
sécurité numérique

Le bâtiment connecté et communicant doit assurer une sécurité numérique efficiente d’un point de vue technique et organisationnel. Le Label R2S apporte des réponses en prenant en compte ces deux volets :

  • La sécurisation des accès aux systèmes : l’objectif est de protéger le Réseau Smart, les équipements actifs du réseau et les services. Cette protection passe par des mécanismes d’authentification, de surveillance, des installations ainsi que de chiffrement des communications.
  • Les procédures de sécurité : la mise en place de procédures de sécurité réseau, de traitement des incidents, prévention et gestion des risques est indispensable au fonctionnement des exigences techniques. Il est également demandé une conformité au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), applicable depuis le 25 mai 2018.
5 - Le management responsable
Le management responsable est un outil de gestion de projet pour répondre aux enjeux de gouvernance posés par l’arrivée du numérique dans le bâtiment. Ces enjeux sont regroupés en trois catégories :

  • La gouvernance du projet : On retrouve ici des éléments relatifs à la recette et l’administration du Réseau Smart. Le label pose également des exigences concernant la bonne gestion du projet.
  • La propriété des données et la contractualisation des services : l’objectif est de poser la réflexion sur la propriété des données et l’infrastructure du Réseau Smart. On notera également la présence d’un cadre de contractualisation sur les conditions d’accès aux services.
  • Les qualités environnementales : L’obtention du label est conditionnée par le respect d’exigences environnementales liées au bilan environnemental des équipements électroniques présents sur le bâtiment par l’intermédiaire des fiches PEP, ainsi que la mesure des champs électromagnétiques.
6 - Les services
services

Le bâtiment labellisé Ready2Services permet la mise en place d’une multitude de services devant être contextualisés au regard :

  • de l’activité du bâtiment (Services énergétiques, Services de maintenance et d’exploitation , Services d’aménagement des espaces, Gestion des déchets et de la propreté, Sécurité et sûreté)
  • des attentes de ses occupants (Services généraux : conciergerie, restaurant interentreprises, réservation de salles, Services de bien-être et de santé)

Le label Ready2Services n’impose pas la mise en place de services spécifiques mais valorise la mise en place d’une plateforme de suivi énergétique. L’objectif de cette exigence est de maîtriser davantage les consommations énergétiques sur le bâtiment.

Pour chacune de ces exigences, un nombre de points est attribué. Il en est déduit un niveau global de performance du projet qui va du niveau « base » au niveau 3 étoiles. Pour être labellisé, il faut a minima être au niveau Base, c’est-à-dire valider l’ensemble des prérequis et obtenir au moins 20% des points.

Il est possible d’obtenir des « points bonus » qui viennent s’ajouter à la note finale. Ils ont pour but de valoriser les projets qui intègrent le réseau des utilisateurs au marché de construction.

Le logo du label accompagné du nombre d’étoiles obtenues, permet ensuite au bâtiment de valoriser le projet en interne comme en externe.

Télécharger l'intégralité du référentiel